Hervé Gourdel, otage français, a été décapité

herve_gourdel

Un groupe lié à l’État islamique (EI) avait enlevé dimanche un Français en Algérie. Il a diffusé hier une vidéo intitulée « Message de sang pour le gouvernement français » montrant sa décapitation.

La Jund al-Khilafa est passée aux actes. Le groupe terroriste, basé en Kabylie, a tué Hervé Gourdel, l’otage français détenu depuis dimanche soir. Ils ont en effet diffusé hier une vidéo montrant sa décapitation.

La vidéo, postée sur des sites jihadistes et intitulée « Message de sang pour le gouvernement français », débute par des images de François Hollande prises au cours de la conférence de presse durant laquelle il a annoncé la participation de la France à la campagne de frappes contre l’EI en Irak. Elle montre ensuite l’otage, agenouillé et les mains derrière le dos, entouré de quatre hommes armés aux visages dissimulés.

C’est dans ces conditions d’extrême contraintes qu’Hervé Bourdel livre alors ses derniers mots : « Hollande, tu as suivi le bourricot d’Obama. Françoise, Erwan, Anouk, mes parents, je vous aime. »

L’un des hommes lit ensuite un message dans lequel il dénonce l’intervention des « croisés criminels français » contre les musulmans en Algérie, au Mali et en Irak notamment.

L’Algérie avait déployé ces deux derniers jours quelque 1.500 soldats en Kabylie (nord-est) pour tenter de retrouver Hervé Gourdel. Ce randonneur avait été enlevé au lieu-dit Tizi N’kouilal, un carrefour routier au coeur du parc national du Djurdjura, un haut lieu du tourisme, devenu sanctuaire des groupes armés islamistes dans les années 90.